COPYRIGHT

Ce blog m'appartient. Les textes qui sont les miens aussi.
La plupart des illustrations sont prises sur le net.
Certaines photos seront les miennes.
Ne pas copier SVP.

jeudi 7 mai 2015

En avion



Lorsque je faisais mes études à Tours,
à l'Ecole Pigier,
en vue de devenir secrétaire,
mon cousin dont j' habitais la maison
de sa mère,
me proposa, par un beau jour,
de nous envoyer tous les deux en l'air
dans un petit avion,
du genre de ceux que quand vous êtes dedans
vous avez l'impression
d'être dehors ;
un coucou pour faire comme l'oiseau,
pour se rapprocher des nuages et du soleil.
*
Sans doute pour oublier
ses déboires conjugaux,
et pour détresser de son métier
de docteur chirurgien
de la gorge, du nez
et des oreilles,
il avait appris à piloter ces engins.
Mon cousin avait un petit côté enfant,
aventurier,
et un peu chercheur d'or,
pour trouver
tout ce qu'il lui manquait pour être bien.
*
Comme je n'avais cours que le matin,
c'est donc au cours d'un  tantôt
qu'il me conduisait comme une petite reine
dans sa belle auto,
au nom d'un félin de la Brousse,
une bien jolie voiture,
à un aérodrome de cambrousse
non loin d'une base militaire aérienne,
où un jour, après un vol, nous étions allés,
et où, à côté de pilotes américains,
au bar de la base,
Nous avions bu un pot.
*
Au premier vol, tout se passa bien,
sauf que de tout là-haut
en bas dans la nature,
je vis trois cimetières,
sans pour autant avoir la frousse,
mais qui me firent penser à l'histoire
du rigolo Fernand Raynaud.
*
Nous survolâmes un beau château
dont la moitié se mire dans le miroir
de l'eau claire
de la rivière le Cher.
Nous avons eu d' un ciel bleu, 
ensoleillé et clair,
un très beau tableau,
une vue magnifique ;
j'en étais heureuse.
*
Puis, un autre jour
élancés sur la piste herbeuse,
dans le bruit d'enfer
que faisait le moteur dans la carlingue
et surtout dans le cockpit,
je fis répéter trois fois mon cousin
qui en fait me disait :
« Tu ne trouves pas qu'il fait un drôle de bruit ? »
Je me suis dit : "non d'une pipe !"
Comme il me vit
inquiète 
et peureuse :
«  Tu veux qu'on fasse demi tour ? »
Je fis oui de la tête,
car je voulais bien revoir Tours,
et surtout revoir
Paris.
*
Nous retournâmes bien vite
au point de départ,
et là, le mécano,
la tête sous le capot
de ce foutu zingue,
pour vérifier à coups d'outils
la mécanique
du moteur,
nous lança :
«  Ben ! Heureusement que vous n'être pas partis
avec ça ! »

Ni une ni deux, nous prenons un autre appareil,
sans pour autant être en panique,
nous prîmes un nouveau départ
et sommes remontés vers le soleil
et les Nuages.




Une fois revenus sur terre,
mon cousin me laissa en plan ;
je le vis avec effroi
bien qu'il serait avec  un moniteur,
se sangler un parachute sur son costume,
pour aller jouer tout là-haut
les bêtes à plumes.
Je le regardai en l'air
faire l'andouille dans un  biplan :
Piqués, loupinges, virages,
tel un aigle cherchant sa proie ;
il fut l'instant de quelques tours
un heureux doux dingue,
un as des as à la JiPé Belmondo.
§
02,2015

10 commentaires:


  1. º° º°。♡♡彡 Hello chère Claude !

    MERCI de partager ces souvenirs avec nous
    ... c'est comme si qu'avec vous nous nous étions rapprochés
    (comme tu dis) des nuages et du ciel, à travers tes mots ! EXTRA !

    Encore merci pour ce beau partage.

    Gros bisous d'Asie ✿✿º°。

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Claude, A nouveau, je suis charmé par ce texte virevoltant et fort bien écrit ; Un récit de vol en rimes tout en apesanteur . Ton cousin avec son petit côté enfant,
    , casse coup ,aventurier,et un peu chercheur d'or,t'a fait un jour une belle frayeur mais heureusement tout s'est bien passé !

    Un délice avec hélice , ce poème à lire dans les nuages ou ...sur la terre ferme.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Claude, A nouveau, je suis charmé par ce texte virevoltant et fort bien écrit ; Un récit de vol en rimes tout en apesanteur . Ton cousin avec son petit côté enfant,
    , casse coup ,aventurier,et un peu chercheur d'or,t'a fait un jour une belle frayeur mais heureusement tout s'est bien passé !

    Un délice avec hélice , ce poème à lire dans les nuages ou ...sur la terre ferme.

    RépondreSupprimer
  4. Un vrai Fou Volant ton cousin ! Claude. Il a dû en séduire des dames ;-)

    N'empêche, tu as eu du nez de lui dire de faire demi-tour !

    RépondreSupprimer
  5. Un vrai plaisir à te lire ! si vivement et joliment raconté, l'envie de connaitre la fin de ce périple dans les nuages et heureusement sans incident !
    Tu dresses un joli portrait de ton cousin, j'ai beaucoup aimé!
    Merci de ce partage.
    Bises Cath.

    RépondreSupprimer
  6. C'est une expérience que je connais bien mon mari et mes deux fils étant pilotes de Cessna.Tu m'as rappeler des souvenirs.

    RépondreSupprimer
  7. Alors tu fus bien cavalière d'embarquer dans ce petit avion! Mais ça devait quand-même être fort agréable!

    RépondreSupprimer
  8. Le tout est de s'envoyer en l'air de temps en temps...

    RépondreSupprimer
  9. Coucou Cousine heu! non,Claude...
    -
    Ma cousine
    Qu'un rien turlupine
    Aguichais son voisin
    Pour des petits rien
    -
    Bisous A + :o)

    RépondreSupprimer
  10. Toujours important d'écouter son intuition !!!

    RépondreSupprimer