COPYRIGHT

Ce blog m'appartient. Les textes qui sont les miens aussi.
La plupart des illustrations sont prises sur le net.
Certaines photos seront les miennes.
Ne pas copier SVP.

vendredi 12 mai 2017

les Grandes Vacances

Aux temps bénis des vacances dans le Berry, j'étais petite fille de Paris.
Dans le hameau où demeuraient mes arrière grands-parents, les grands- parents de ma Maman, mon Papa avait acheté, à la sortie du hameau de Maimbray en direction de Cosne sur Loire, une vieille maison pour y venir en villégiature, avec mes grands-parents, les parents de ma Maman.

Cette vieille maison fut un estaminet. On y venait à pied, à cheval ou en voiture.
On y venait pour boire un coup. Il paraît qu'on y venait également, avant ou après avoir bu un canon, pour consommer tout autre chose. Les chevaux attendaient leur maître attachés à des anneaux au mur, car la patronne, paraît-il, était très avenante.
Il semble d'ailleurs que d'autres belles personnes y faisaient quelques passes.

Je l'aimais bien cette vieille masure. Elle était un peu notre château en Espagne. Elle donnait sur la route mais derrière, nous avions une petite prairie pour y chasser les sauterelles, y faire des galipettes et jouer à saute moutons.
Sur le chemin bordé de haies sauvages qui longeait notre petit et humble domaine,
nous y cueillions des mûres que nous mangions sur le champ, et nous rentrions à la maison, les lèvres et la langue toute bleues.


De l'autre côte de ce chemin, derrière la remise, se dressait « la petite chapelle ». Elle était désaffectée et peut-être la rare fois où nous nous sommes aventurées à entrer à l'intérieur, nous avions pu constater son délabrement ; il restait un ou deux vieux bancs en bois et quelques gravats. La petite chapelle est maintenant une maison d'habitation.



Un jour ce fut décidé, notre maison, cette presque ruine sera « Le Château  ». Outre le petit champ dans lequel nous jouions, se tenait une remise qui abritait nos jeux les jours de mauvais temps ; nous y faisons de la balançoire.
Entre « Le Château » et notre aire de jeu en plein air se dressait un puits duquel nous tirions l'eau indispensable à la vie de tous les jours : eau à boire, celle pour préparer les repas et pour faire notre toilette. En parlant de toilette, je me rappelle des bains, enfin plutôt, des douches que nous prenions dans un tub en zinc, la pomme de douche étant le renversement d'un broc d'eau, par l'un de nos parents, de Mémé ou même de Pépé.

Lorsque le temps le permettait, nous prenions les dîners dehors. Le soir, la table était dressée sous une lampe qui attirait toutes sortes d'insectes dont des moustiques. Le soir avant de nous coucher, mon Papa passait dans la maison un coup de Flytox et le lendemain matin, nous nous réveillions avec des moustiques morts dans nos lits et quelques gravats tombés du plafond.

Il y avait aussi les veillées au coin du feu qui crépitait gentiment dans l'âtre de la grande cheminée, pour les soirées fraîches de l'été autant que celles des vacances de Pâques. Je me rappelle qu'un soir, mon Papa lisait le journal et quand soudainement mon petit frère tomba dans la cheminée, il se précipita pour le relever en passant les bras au travers des dernières nouvelles.

Pendant que les grandes personnes s'affairaient à remettre le château en état, le plus urgent fut de faire des cabinets dans le jardin. Ah ! Les cabinets du Château ! Comme ils étaient plus récents que ceux de Marguerite et Patient, mes arrière grands-parents, il semblaient plus modernes, presque plus luxueux. Ils étaient construits en dur avec le toit en une seule pente et adossé à la remise, et le must est qu'il y avait un couvercle de vieux sceau hygiénique en émail blanc sur le trou de la planche ; c'était tout de suite mieux ; il y avait moins de vilaines odeurs. Le dévidoir de papier était un gros crochet en fil de fer dans lequel les pages d'un bottin de téléphone étaient accrochées.
Je disais donc que pendant que parents et grands-parents retapaient la maison, nous,
les enfants avions nos propres occupations.
Outre la cueillettes des mûres le long des chemins, nous allions voir nos arrière grands parents, Marguerite et Patient, chez qui notre cousine Nanou était également en vacances, plus on est, plus on s'amuse ; battre la campagne à plusieurs, c'est mieux.
.
de gauche à droite : Ma cousine Nanou, moi, et mes arrrière grands-parents
Pour ce faire, nous nous dirigions vers La Petite Rivière 
.

Sans doute pour des raisons de sécurité" la rambarde a été ajoutée, pas très chouette d'ailleurs.
que nous longions un court moment et que nous traversions sur une passerelle métallique, où quand elle était presque à sec, nous la passions à pied.
En face un chemin creux dans lequel nous ne nous sommes jamais aventurés. En chemin, il n'était pas rare que nous nous arrêtions dire bonjour chez une vielle tante, toujours habillée de noir de la tête aux pieds. Elle s'appelait Ernestine.
.

Nous nous rendions souvent au canal voir les péniches passer l'écluse, quand nous-mêmes ne donnions pas un coup de main à l'éclusier pour la manœuvre d'ouverture ou de fermeture du sas. Quand nous poursuivions notre chemin, nous allions baguenauder sur les grèves de la Loire.
Certains jours, nous accompagnions le vacher du village pour aller garder les vaches sur les grèves, sur lesquelles nous nous piquions parfois les jambes sur les chardons qui y poussaient.

Cela m'amusait beaucoup car au passage du vacher devant chaque ferme, ces bêtes à cornes, pas si bêtes que cela, sortaient des cours de ferme pour former un beau troupeau sur le chemin ; le soir au retour et sur le passage , elles rentraient d'elles mêmes dans leur cour respective.

Les jours de pluie, nous enfilions nos imperméables, nos bottes en caoutchouc, et avec un chapeau sur la tête, nous allions à la chasse aux escargot dans le petit chemin en face du Château, celui qui menait à une source à laquelle nous allions chercher de l'eau dans des brocs posés sur notre brouette à ridelles, Mon Pépé les stockait dans un petit parc grillagé sous des planches et quand il y en avait assez , il se mettait en cuisine dans la remise. Les escargots dégorgeaient dans du gros sel pendant toute une nuit. Le lendemain, il les lavait bien puis les faisait cuire sur un vieux poêle à bois. Il, préparait son beurre aillé et persillé, remettait les petites bêtes dans les coquilles et les farcissait avec le beurre. Quel régal les bourgognes de Pépé !

Lors de nos balades, nous passions à chaque fois devant chez le maréchal ferrant, Nous regardions le ferrage des gros chevaux de trait utilisé à ce moment là dans les campagnes, J'avais toujours peur quand le maréchal ferrant posait le fer chaud sur le sabot du cheval dégageant de la fumée, que la bête n'en souffre. Juste à côté de cet endroit, il y avait la petite maison de Gabrielle, une petite vieille, toute gentille qui faisait des jours entiers près de sa fenêtre, du rococo de mercerie. Elle cousait sur de petits mais longs rubans de petites fleurettes de couleur qu'elle formait avec d'autre petits rubans.

Nous allions souvent aussi voir Marie, qui tenait l'épicerie et le café du hameau.
Nous y allions chercher du café que nous aimions bien moudre nous-mêmes avec un énorme moulin à manivelle ; on achetait également du poivre qu'elle passait dans un moulin semblable à celui du café et l'odeur nous piquait le nez. Nous y allions aussi pour y acheter toute autre chose. Quelques corvées nous étaient destinées ; celles d'aller chercher le lait et les œufs, soit chez Gisèle et Riri qui avaient une grande ferme située dans le hameau, près du café de Marie ou chez Louisette qui en avait une plus petite située un peu plus loin que « le Château », un peu plus en campagne.
Nous aimions aller chez Gicèle et Riri voir les veaux nouveaux-nés et je me souviens d'avoir vu chez Louisette, un vétérinaire mettre son bras dans le derrière d'une vache, à cause d'un problème de mise à bas.

De l'autre côté de la route, juste après le petit chemin qui menait à la source, il y avait le lavoir. Un lavoir tout simple, non couvert, juste une planche en une de ses rives. Nous y allions laver notre linge sale en famille en portant draps et torchons dans une grande lessiveuse posée sur notre brouette à ridelles. Cette brouette avait beaucoup d'utilité. Pour fumer le petit potager de Pépé, qui devait se composer de seulement quelques salades, nous partions avec la brouette dans les chemins ramasser du crottin de cheval avec une pelle à cendres.
.

Le dimanche matin était consacré à la messe et nous nous rendions au village de Beaulieu pour y assister dans le bel intérieur de l'Eglise Saint Etienne. Je crois me rappeler que toute la famille s'y rendait à pied, à seulement un peu plus de deux kilomètres. Je me rappelle aussi que nous allions chez la famille du fils de l'ancien patron de mon arrière grand mère qui fut le médecin du village. Une famille simple et charmante, accueillante dans leur jolie maison « Les Tilleuls ». 


Lorsque nous autres, les enfants, voulions aller faire un tour au village, nous y allions pedibus jambus ou nous faisions, quand l'occasion s'en présentait, de la charrette stop. Nous passions devant une porcherie qui laissait dégager une forte odeur de soue et de purin.
Chaque quatorze juillet, le feu d'artifice était tiré au village sur les bords du canal qui passe tant au village que près du hameau de Maimbray.

Je n'oublie pas les repas en famille, soit au Château, soit chez Marguerite et Patient.
Les dîners friture, petits poissons pêchés souvent par mes cousins Yves et Gérard,
les dîners œufs à la coque pour lesquels mon arrière Pépé était avec plaisir de corvée pour faire les mouillettes. D'une grande miche de pain, avec un couteau qui coupait bien et son handicap du bras droit, il tirait des mouillette bien droites et bien calibrées. Je me souviens aussi des soupes au lait et à l'oseille et des petits chaussons fris à la viande de mon Tonton, le Papa de ma cousine Nanou.
Mon arrière Mémé nous concoctait de délicieux civets de lapin.  C'est au Château que nous faisions de presque orgies d'escargots.

Notre petite troupe se composait de ma sœur, de Sylviane, (son père travaillait à l'écluse), de Nicole, la fille de Gisèle et Riri et de ma cousine Nanou, Peut-être avons nous aussi chaperonné mon petit frère, quand il fut un peu plus grand.

Ah ! Quelles étaient belles mes grandes vacances de petite parisienne, dans la campagne berrichonne, ! A part les parties de pêche en bord de Loire au cours desquelles je j'ennuyais  à mourir, je n'ai que de bons souvenirs de ce temps béni des grands vacances dans le Berry.

Pour nous y rendre : voyage en train



Note  1 : Ma cousine Nanou est intervenue quelque peu sur ce texte,
surtout pour corriger mes fautes d’inattention,
que je ne voyais même pas en me relisant.
Je lui avais soumis ce texte pour qu'elle me dise ce qu'elle en pensait ;
elle m'a dit s'être replongée dans ses vacances.

Note 2 : En 2010 et 2014 en juin, j'ai revu Nicole
et sa jolie Maman, Gisèle.
Nicole tient le café, le restaurant et le petit Hôtel du hameau.
.


***
06,2015
texte resté à l'état de brouillon.

vendredi 3 février 2017

Souvenirs, souvenirs !

Je suis née petite fille de Paris, en l'an 1948. Mes parents m'ont fait naître en plein mois de janvier, en hiver donc, moi qui suis plutôt la fille du Dieu Soleil que la Reine des Neiges. Je suis un mix de rillettes sarthoise et de beurrée berrichonne. J'ai vu le jour dans le onzième arrondissement de la plus belle ville du monde, sans doute à l’Hôpital Trousseau.

Bien évidemment, je ne puis me remémorer ma période bébé joufflu et potelé et ai très peu de souvenirs de l'appartement pour ainsi dire pas du tout, appartement que nous occupions au 97 de la rue de Charonne, porte B à gauche dans la cour arborée, au sixième étage. Par contre je me rappelle bien de celui de ma Mémé Marguerite et de mon Pépé Jean, qui, eux, demeuraient dans le même immeuble au troisième, sans doute parce que nous y étions fourrées assez souvent, ma sœur et moi.
.



L'immeuble du 97 est situé en face du bâtiment de l'Armée du Salut et entre lui et la rue Faidherbe , il y a l'Impasse Franchemont où tout au bout de cet impasse à droite, vivaient ma Tante Suzanne, la sœur de ma Mémé, son mari, mon oncle Henri et mes deux cousins, Yves et Gérard, dans un appartement très modeste.

Chez ma Tante et mon Oncle, je me rappelle des tournées de crêpes ; je ne sais plus si c'est ma Tante qui faisait la pâte, sans doute que oui, mais c'est mon Oncle qui cuisait et retournait d'un geste précis les crêpes, un Louis d'Or dans la main.


Quand je fus en âge d'aller à l'école, Maman nous accompagnait à l'Ecole Saint Bernard dans la rue du même nom.
.
A gauche 1er rang,  pas à la table ronde,la petite joufflue au gilet à carreaux
Puis, et sans doute à cause de la naissance de mon petit frère, nous déménageons avenue Parmentier, au 129 -. Bel immeuble doté d'une belle porte cochère ; notre appartement était situé au quatrième étage, sans ascenseur, tout comme rue de Charonne d'ailleurs.




Contrairement à notre ancien appartement, je me souviens bien de celui de l'avenue Parmentier. Il était composé d'une entrée assez réduite, d'une petite cuisine à droite, d'un séjour que mon Papa avait agrandi en prenant sur un couloir qui allait de l'entrée à la salle d'eau, après avoir découpé la cloison dans son pourtour et poussé celle-ci contre le mur du dit couloir ; la chambre de mes parents dans laquelle donnait la porte de salle d'eau tout en longueur, équipée d'un seul lavabo et de toilettes ; mon petit frère dormait dans la chambre de mes Parents et ma sœur et moi avions une chambre commune. Nous disposions d'une cave dans laquelle le charbon était entreposé pour les quelques poêles au moins deux, seuls moyens pour chauffer l'appartement. Toutes les fenêtres de celui-ci donnaient sur une cour. Par celle de la cuisine,  sur des chaises posées sur la table, nous regardions le feu d'artifice de chaque 14 juillet, bien évidemment quand nous étions à Paris ce même mois.



Ma sœur dormait dans un lit normal avec cosy et moi dans un divan que l'on transformait tous les soirs, avec l'aide de mon papa, en lit, bataille de polochons à la clé et que le matin, ma Maman remettait en version divan. C'est dans ce petit lit que je lisais la Comtesse de Ségur et le Club des Cinq avant de m'endormir, en compagnie de mon Nounours adoré, Martin.

Notre Ecole, située au 111 n'était pas très loin, nous nous y rendions à pied. Entre l'Ecole et notre immeuble, je me rappelle de quelques commerces, tels un magasin dans lequel ma Maman m'avait acheté des plumes « Françoise » car j'étais incapable d'écrire avec les « Sergent Major » sans faire de gros pâtés, ce qui déplaisait fort à ma maîtresse ; un crémier qui vendait du beurre en motte et de la crème au détail, une boulangerie ou nous achetions chaussons aux pommes ou palmiers bien dorés pour nos quatre heures et un coiffeur dans la vitrine duquel je reluquais une barrette ronde extensible et dorée que j'aurais bien voulu avoir pour attacher ma queue de cheval.


Il n'était pas rare certains Dimanche, que mon Papa allait acheter des croissants dans la boulangerie située en face, de l’autre côté de l’avenue, pour nos petits déjeuners dominicaux, boulangerie qui en 2010 était toujours en place.




Notre immeuble était situé entre deux cafés, d'un côté entre le café et l'immeuble il y avait un fleuriste. Le jour où je fus atteinte d'un abcès à la gorge, un des cafés, celui après le fleuriste, nous est venu en aide en nous procurant un siphon d'eau de Seltz, prescrit par notre médecin Traitant.

La vie au 129 de l'avenue Parmentier s'écoula entre école, messes du Dimanche à l'Eglise Saint-Joseph, les jeudis après midi à l'Alhambra pour le spectacle « Les Beaux Jeudis » animé par Jean Nohain. Ah que de bons souvenirs ! Ray Ventura et son Orchestre, Fernand Raynaud et Achille Zavata, souvent accompagné de son clown blanc. Ou alors, nous allions au patronage dont les locaux étaient situés de l'autre côté de la rue du Faubourg du Temple, de là, nous allions souvent passer la journée aux Buttes Chaumont ; on y jouait aux gendarmes et aux voleurs.




Ma sœur et moi allions aux cours de danse rythmique qui se tenaient dans le préau couvert de l'école et aux cours de piano qui avaient lieu le dimanche après la messe, également dans notre école. Nous avons abandonné le piano mais pas la danse.



Nos Parents nous emmenaient au cinéma, au Palais de Glaces (qui maintenant est un théâtre) en bas de la rue du Faubourg du Temple ; je me rappelle bien du film « Les Lavandières du Portugal, avec Jean Claude Pascal et Anne Vernon.





Rue du faubourg du temple se tenait un marché, nous y rencontrions des fois l'animateur du jeu radiophonique de France Inter, le jeu des mille francs, Lucien Jeunesse, qui habitait cette rue. Plus haut en remontant sur Belleville, il y avait un magasin, genre monoprix, Dimax où Maman nous achetait des caramels mous. Je suis passée devant il n'y a pas si longtemps .

Je ne veux pas oublier les visites du musée Grévin que j'affectionnais tout particulièrement.



Puis les années passant, je me souviens aller avec ma soeur au cours de danse classique dans le passage des Panoramas sur les grands boulevards, pour y faire des pointes, des ronds de jambes et des entre-chats. Nous avions donné un spectacle à la salle d'Iéna, ma sœur en tutu blanc et chaussons de pointe, moi en tunique en tissu satinée bleu ciel avec une ceinture en velours bleue nuit et des ballerines blanches. Ma soeur avait dansé sur l'air de la chanson "Deux petits chaussons de satin blanc" du film de Chaplin, "Limelight", et moi, sur l’air de la chanson d’Henri Salvador, « le Loup, la Biche et le Chevalier ».



Parallèlement à tout cela, nous allions 


Rue où mes Grands-Parents tenaient une loge au n° 9, car entre temps, devant le malheur qui avait frappé le frère de ma Mémé. Mon Tonton, que nous enfants,  appelions Tonton Parrain, car il était le parrain de ma Maman et surtout pour le différencier de mon Oncle Henri, car ces Tontons se prénommaient tous les deux Henri, mes Grands-Parents lui sont venu en aide.

 
l'ancienne  loge du 9


Mon Tonton avait perdu sa femme d'un cancer. Ma Tante Jeanne tenait la loge du 17 de cette même rue et mon Tonton travaillait à l'extérieur, je crois aux Phares et Balises. Quand il s'est retrouvé seul avec sa petite fille de 10 ans, ma cousine Nanou, il lui était impossible d'assumer le 17, aussi mes Grands Parents, le cœur sur la main, ont quitté travails respectifs et la rue de Charonne pour venir en aide à mon Tonton. Ma Mémé était couturière et mon Pépé électricien.


l'ancienne loge du 17

Nous y allions souvent au 9 passer les journées du Dimanche ; je me souviens des repas de Noël qui se terminaient en général par des parties de Nain Jaune ou de roulette au cours desquelles mon Pépé misait des centimes de francs pour nous faire plaisir.

C'est de là que nous nous rendions au Jardin du Luxembourg, Ma sœur, ma cousine Nanou et moi :

Balançoire, friandises achetées dans les kiosques à bonbons, tours de manège, patins à roulettes et séances de théâtre, avec Guignol et belles marquises.



La vie s'écoulait ainsi et malgré mes dix ans, elle me plaisait beaucoup. Un jour pour Noël ma sœur et moi avions eu un superbe landau chacune et nous promenions notre baigneur sur le trottoir de l'avenue Parmentier, tout comme nous accompagnions notre petit frère quand il faisait de la voiture à pédales, une 2cv grise avec pédalier à chaîne, s'il vous plaît !



Puis un jour, sans doute lassés par la vie parisienne - mon Papa travaillait sur la Nationale 7 à Juvisy en banlieue, mes parents nous annoncèrent notre déménagement pour un pavillon à Savigny sur Orge où habitait depuis de longues années déjà, mon autre Mémé, Virginie.



Adieu, donc Paris ! Et tout ce qui allait avec. Une nouvelle vie commençait tout comme celle d'après quand nous déménagerons une nouvelle fois pour la Campagne Sarthoise. Mais mon cœur appartient toujours à Paris, où je retourne de temps en temps, pour mon plus grand plaisir, pour retrouver mes racines, pour me ressourcer car la Seine coule dans mes veines, à croire que Paris, Ma Ville, est dans mes gènes.



Avant cela, j'y étais retournée travailler en tant que steno-dactylo dans une société de crédit, rue du Cirque, une année à cheval sur 1967 et 1968 ; j'y avais tapé un contrat pour Jacques Anquetil et un pour A que Johnny. J'habitais au 9 de la rue Campagne première, porte C porte 8 au rez de chaussée, chambre allouée avec la loge, puis quand mes Grands-Parents sont partis à la retraite dans le Berry, j'ai occupé la porte 7 juste au dessus de chez mes amis Odette et Maurice. Maurice que je revois des fois quand je fais mes escapades parisiennes. Quand j'ai connu Maurice, j'avais une douzaine d'années, lui vingt quatre. Bien qu'il ne faisait pas les choses comme tout le monde, mes Grands Parents l'aimait bien.
 
Photo Peter





Une pièce ; à gauche le tableau électrique, une armoire à une porte avec glace, une cheminée de marbre, si je me souviens bien assez foncée, il se pourrait même qu’elle fut noire, un petit pan de mur avec suspendue une petite armoire à pharmacie dont j’avais habillée la porte vitrée avec un tissu à carreaux à dominante rose. Puis l’évier à un seul bac bien sûr et un petit plan de travail avec un réchaud à deux becs (je ne sais plus s’il était électrique ou à gaz). Pour cacher un peu la misère sous le plan j’avais mis un rideau froncé du même tissu que celui qui occultait le petit fouillis de ma petite armoire à pharmacie. Puis un pan de mur contre lequel se tenaient une table à volets et une chaise assez imposante qui faisait coffre et petit escabeau. Et pour finir le lit avec cosy suspendu et au-dessus un lit superposé avec petit matelas mousse. Je voulais une pièce claire et propre et malgré la baie vitrée assez grande au dessus du coin cuisine mais elle donnait sur les toits des ateliers du sous sol. J’étais donc allée chez le marchand de couleurs de la rue pour acheter un grand pot de peinture blanche, un ou deux pinceaux et un rouleau. Je me rappelle bien, pour en avoir été gênée, avoir décapé le parquet à l’alcali et ensuite l’avoir réencaustiqué. C’est la propriétaire qui a du être contente quand elle a voulu relouer la chambre après mon départ.



Comme dans la chanson :



I love Paris in the spring time

I love Paris in the fall

I love Paris in the summer when it sizzles

I love Paris in the winter when it drizzles

I love Paris every moment 
Every moment of the year

I love Paris, why oh why do I love Paris

Because my love is Paris.



J'ai juste changé le mot de la fin. 
***
Texte écrit en 2016 et peaufiné ce jour.

jeudi 4 août 2016

Incidents aériens


Après avoir écrit l’histoire de mon premier vol En avion en compagnie de mon Cousin Michel, Chirurgien ORL de son état et qui avait appris à piloter, j’avais eu envie de raconter les quelques déboires vécus lors de voyages aériens, et ce, sur de bien plus longues destinations. J’y ai mis le temps, mais voici comment, personnellement, j’ai eu quelques frayeurs.


En Août 1985, seule, j'ai quitté ma Sarthe d'adoption pour aller rendre une première visite à mon amie américaine, Julia, avec qui je correspondais depuis vingt trois ans. Dans les semaines qui ont précédé mon départ, il y avait eu, en France, au moins deux accidents ferroviaires dans lesquels certaines personnes avaient trouvé la mort, le crash d'un Boeing au Japon et celui d'un avion de lignes intérieures américaines, un Tristar, sur l'aéroport de Dallas.
D'ailleurs, quelqu'un que je connais bien, m'avait dit que ces avions de lignes intérieures étaient de vieux coucous. Tout cela vous met dans l'ambiance.

Ce n'était pas très engageant pour une première traversée aérienne de l'Atlantique et celle du territoire étasunien, jusqu' à Salt Lake City, là-bas, dans les Rocheuses. Ayant déjà mon billet d'avion en poche, je ne pouvais plus reculer. Mon Papa, un peu inquiet, me demanda si j'avais souscrit une police d'assurance vie.
-- Pourquoi ? Lui dis-je, je ne suis même pas sûre d'arriver à Montparnasse.
J'ai volé sur un DC10 d'American Air Lines, d'Orly jusqu'à Dallas où je dus attendre six heures ma correspondance pour Salt Lake City.
Je peux vous dire que ça file les chocottes quand vous voyez sur un aéroport les traces d'un crash survenu peut de temps avant.
Mon voyage aller se passa bien, celui du retour aussi.

En 1996, je repars aux Etats-Unis, toujours pour Salt Lake, city, mais cette fois-là, avec mon Chéri. Nous réservons notre vol sur United Air Lines, moins cher que que AA.
Cette fois, nous partons de Roissy Charles de Gaulle sur un Boeing 777 pour Chicago.
Tout se passa bien, même dans le second avion, un vieux Boeing 727, sauf que nous sommes arrivés à SLC avec du retard et que nous ne savons pas trop ce que nous avons mangé au dîner. D’ailleurs, le repas du midi, n’ avait pas flatté nos papilles non plus.

Au retour, ce ne sera pas la même histoire. Nous atterrissons à Chicago assez durement et en godillant quelque peu suite à des rafales de vent qui ont plaqué l'appareil au sol. On se disait qu'une partie du temps d'attente pour le second avion allait être un peu raccourcie vu qu'il faudrait, comme pour l’aller, prendre une petite navette pour nous emmener au terminal de départ vers notre belle France. Que nenni ! La porte d'embarquement était juste à côté de celle par laquelle nous avions débarqué ; six heures d'attente avant de pouvoir réembarquer, Nous avons eu le loisir de voir arriver notre avion qui venait de Denver et avons assisté à sa préparation pour notre vol vers Paris. Et la cerise sur la gâteau, nous avons vu à la télévision le crash d’un avion dans les Everglades duquel certains passagers avaient été croqués par des alligators dans les marais ; reportage fort réconfortant pour ne pas dire flippant. Heureusement, nous ne volerons pas au-dessus de la Floride.

Nous avons décollé avec une bonne demie heure de retard à cause de celui d'un passager ; ça commençait bien. L'avion quitte le terminal arrive avec lenteur jusqu'à la piste d'envol, Le pilote met les gaz à fond, l'avion s'élance et au bout de quelques secondes, il nous fait un freinage d'enfer à aller donner du nez dans le dossier des sièges devant nous.
On nous annonce que quelque chose ne va pas et l'avion prend une piste d'attente. Nous restons là bien une autre bonne demie heure et ouf ! nous pouvons repartir ; quand je dis ouf, c'est plutôt oh là là !

Nous voilà donc lancés presque à fond les manettes sur la piste et patatras, nouvel arrêt, difficile dans ce cas là de rester zen. Nous avons poussé un grand ouf de soulagement. Nous retournons à un terminal ; tout le monde descend et surtout n'oubliez pas vos bagages à main. L'avion a été vidé de son fret, des repas, des bagages en soute et tout le tintouin. Il nous fallait changer d'avion. Nous avons du attendre qu'un autre avion soit préparé : plein de tout, de kérosène, des bagages, des repas, du fret et du courrier et tout et tout et tout. On nous a mis à disposition des boissons gratuites mais point à manger, et moi, malgré mon stress, j'avais faim, Nous vîmes passer notre commandant de bord avec une énorme pizza, c'était le même qu’au voyage aller, il s'appelait Monsieur Eagle, ça ne s'oublie pas. Nous avons attendu un temps certain. Nous devions arriver chez nous vers treize heures , nous sommes arrivés en ville juste quelques minutes avant dix neuf heures, juste le temps d'aller acheter un bout à manger chez le charcutier près de la gare. C'était la première fois que mon Chéri prenait l'avion.



En 2001, un mois après les attentats du Onze septembre, nous reprenions l'avion pour les Antilles, je peux vous dire que j'ai flippé à mort.

En 2005, nous prenons un billet pour la Guadeloupe, pour rendre visite à des amis avant de passer nos vacances en Martinique. Billets réservés auprès de la compagnie Corsair. Nous volerons sur un Jumbo. A l'embarquement, au fond de l'avion (nous prenions toujours les dernières places où il n'y a que deux fauteuils - ce que nous ne pourrons plus faire à l'avenir, sauf à réserver soi-même sur internet, ce que nous avions fait il y a deux ans), des techniciens s'affairent justement à la queue de l’appareil. Nous leur demandons si ça va le faire et bien évidemment ils nous répondent que oui.

Sauf qu'au bout d'un moment après le décollage, un long moment, puisqu'il s'agit de déjà une heure et demi de vol, le commandant de bord nous avertit que le soleil a changé de côté car il a fait un demi tour en une large boucle, certainement pour ne pas affoler les passagers, comme quoi l'avion avait un problème, qu'il pourrait être réparé aux Antilles mais qu'il préfère retourner à Orly. Facile à compter, une heure et demi  plus une heure et demi, ça fera déjà trois heures de retard. A l’atterrissage, nous nous apercevons que dehors, tout le service de sécurité nous attend : camions de pompiers, ambulances et j’en passe.

L'avion atterrit sur le tarmac technique. Tout le monde descend à l'aide d'un ancien escalier sur roulettes, la totale ! Mais, croyez-moi, ce n'est pas fini. Des minibus emmènent les passagers par vingtaine seulement (nous étions plus de cinq cents personnes à bord) dans une salle de transit. Là, pas de sièges pour tout le monde, seulement deux WC , à boire mais pas à manger, Nous attendrons plus de quatre heures.
Certains passagers ne voudront pas repartir avec le même avion. Inutile de vous dire que j'avais le trouillomètre à zéro et que mon cœur battait plus qu’il ne fallait.

Nous devions arriver à Pointe à Pitre sur le coup de dix huit heures, nous sommes arrivés à une heure du matin ; le temps de prendre la voiture de location dans le noir, sous la pluie, cherchant où sont les essuie-glaces, nous en avions plus que marre. Il nous a fallu rouler une bonne heure pour Capesterre Belle Eau, dans le sud de Basse-Terre, et nous sommes arrivés chez nos amis à deux heures du matin, vannés de chez vannés ; nous avons pris une douche vite fait mais bien fait quand même et somme allés nous coucher, sous une moustiquaire.

Contrairement à la compagnie américaine United-Air Lines qui ne nous a même pas adressé un courrier d'excuses, Corsair a fait mieux les choses. Ils nous ont proposé un avoir de soixante dix euros par personne à valoir sur un voyage a prendre dans l'année qui suit.
J'ai pris ma plus belle plume pour râler et j'en ai obtenu cinquante par personne remboursés de suite par chèque.

Il faut avouer que depuis tous ces incidents, nous n’en avons plus connu d’autres. Je touche du bois car nous reprendrons l’avion en novembre prochain, compagnie Air Caraïbes, vol promotionnel en raison de l’anniversaire de la compagnie, de ce fait, nous n’avons pu obtenir les sièges que nous voulions.

Je puis aussi parler de ce qui est arrivé à mon Chéri, la dernière fois que nous sommes allés aux Etats-Unis. Pendant la longue attente de notre correspondance, il eut l’idiote idée (alors que je l’avais prévenu de ne pas le faire) de sortir de l’aéroport par un tourniquet. Quand il a voulu revenir à l’intérieur, le service de sécurité puis la police lui sont tombé sur le dos. Heureusement il avait son passeport sur lui, ce qui lui a permis d’obtenir un passboard pour pouvoir venir me rejoindre.


Août 2016



jeudi 2 juin 2016

Histoire vraie, histoire triste

Je trouve cette histoire tellement tragique qu'il faut que je la couche sur une feuille de «papier» qui pourrait être marquée d'un double crêpe noir, voire d'un triple.

Dans un petit village du sud Sarthe, un propriétaire avait une parcelle sur laquelle était construite la maison qu'il avait achetée, plus juxtaposée, une autre parcelle qu'il avait laissée en prairie car il ne voulait pas de voisins trop proches.

Quand l'Epouse de ce Monsieur qui s'en était allé avant elle, partit en maison de retraite, les enfants vendirent les biens de leurs parents, séparément.
Tout d'abord, la maison fut vendue très rapidement, et malheureusement, l'acheteur qui était déjà malade au moment de la vente, n'y aura vécu même pas une année entière avant de décéder.

Dans les mêmes temps, les héritiers du bien restant avaient été contactés par un couple de retraités, qui était intéressé par le terrain, parce qu'il était proche du bourg dans lequel il y avait un café-restaurant qui faisait dépôt de pain, un coiffeur et un médecin et aussi parce que ce joli bourg n'était pas loin de la ville. Ces contacts voulant, dans un premier temps, un rabais trop important, l'affaire ne se fit pas.

C'est une année après que le contact fut renoué pour finalement aboutir à la vente du dit terrain au couple en question. Demande et attente du permis de construire, délai de deux mois pour une éventuelle contestation des voisins, et enfin, c'est en février 2015, que commencèrent les travaux de construction de la maison neuve. Les nouveaux propriétaires étaient contents que les travaux démarrent, c'est ce que toutefois ils laissaient paraître.

C'est en fin d'année 2015 que nous apprenons à notre grande stupeur, que trois jours seulement après leur emménagement dans leur maison, le Monsieur s'était pendu dans ses combles. Sa femme s'en est allée chez leur fille, la maison restait fermée, comme abandonnée.

C'est quelques temps après, en courses dans l'hypermarché de la ville que nous apprenons par une habitante du village, que la Dame, étant venue seule dans sa maison pour la chauffer un peu, s'était pendue, à son tour, au même endroit que son mari.

Ce qui me travaille dans cette terrible histoire, c'est pourquoi ?
Comment après avoir mené à bien un tel projet, peut-on en arriver là ?
Je ne pense pas que ce soit une question de finances, d'après ce que je sais. Ont-ils vu trop grand ? Tant par le terrain que par la maison ? Pour le moment, cette triste histoire reste un mystère. Il se peut, qu'un jour, j'obtienne  quelques réponses à mon grand questionnement.
------------------
C'est ce que j'écrivais il y a quelques mois et depuis, j'ai appris, par le maire du village, que c'était bien une question d'argent qui avait poussé le Monsieur à mettre fin à ses jours. Peut-être un financement qui ne fut pas à la hauteur des travaux engagés. Quelle triste destinée !

La vie peut être bonheur, joie, plaisir comme elle peut être malheur, drame et tragédie.

***

mercredi 9 mars 2016

A ma Grand Mère


Petite Mémé

Douce, gentille, attentionnée,
au joli sourire,
toujours un peu speedée,
parfois tête en l'air,
aux histoires qui nous faisaient rire
à pleurer.

Petite Mémé au café du matin
versé par erreur dans le bidet portatif
dans sa petite loge de concierge
du Neuf de la rue Campagne Première
À Paris,
faute d'avoir un cabinet de toilette
et encore moins une salle de bains,
et ce, parce qu'elle faisait toujours 
trente six choses en même temps.

Petite Mémé aux combinaisons,
une par dessus une autre,
le soir en se déshabillant,
au bas à couture sur une jambe et l'autre sans,
au verre de lunettes resté dans l'étui
pour aller lire un papier que lui tendait
un visiteur très surpris,
qui lui demandait
où habitait une locataire américaine ;
J'étais morte de rire.

Petite Mémé, aux petits tas de café
derrière les verres de ses lunettes,
en attrapant le pot de café moulu
posé trop haut dans le placard.
Quelle rigolade avec ma soeur !
Nous étions arrivées au bon moment.

Petite Mémé aux lunettes cassées
et au visage blessé par malheur
contre un panneau indicateur
en se retournant après nous avoir dit au revoir
rue Campagne Première
devant la cour du 17
où mon Papa avait garé la voiture.
.
Petite Mémé au métro pris dans le mauvais sens
tant elle allait vite dans les couloirs 
du métropolitain parisien,
pour aller au Marché Saint Pierre.
C'est tout juste si ma cousine, ma sœur et moi
arrivions à la suivre.

Petite Mémé au gâteau sans farine
le jour de l'appel aux barricades
peu avant la libération de Paris,
au pouce écrasé au portillon
du « Château » du Berry,
à la glissade sur la neige
les deux pieds devant
sous le banc de dehors
en revenant d'être allée chercher
du lait et des œufs à la ferme,
aux cris « au secours » en appelant :
« Jean ! Jean ! « 
pour alerter Pépé
qui devant la télé n'entendait rien.

Pauvre petite Mémé,
Il lui arrivait toujours des trucs pas communs.
Nous aimions l'écouter raconter ses tribulations
lors du départ en exode, 
pendant la dernière guerre mondiale.
Cela valait son pesant de cacahuètes,
tant elle donnait l'impression
de revivre ce triste épisode.

Elle fut un peu perdue quand Pépé s'en est allé..
Puis après le décès de sa sœur et de son frère,
qui demeuraient dans le même hameau,
s'est retrouvée esseulée
là-bas dans son Berry natal,
mais qu'elle était heureuse
quand nous lui rendions visite !

Et puis, un jour, après une vie bien remplie,
après avoir survécu plus de trente ans à mon Pépé,
Petite Mémé s'est en allée, elle aussi,
à plus de cent et une années,
le retrouver au pays des Grands Parents
aimants
et aimés.
*
Mars 2016


Ici avec son premier arrière arrière petit fils.
c'était en 2000 -.
*